Un chrétien peut-il posséder un chat ?

Par “ Dave ”

Avertissement : Ce qui suit est entièrement imaginaire et ne relève que de l’humour. On constatera pourtant que l’on peut faire dire n’importe quoi à la Bible en utilisant le mode de raisonnement et le langage de la Société Watch Tower. Voilà qui donne une idée de la valeur des arguments présentés par cette dernière pour interdire à ses membres toute sorte d’activités, la plupart des fêtes, certaines professions ou loisirs, etc.

      De nombreux membres du peuple de Jéhovah se sont demandé si les chrétiens pouvaient, en toute bonne conscience, posséder un chat. C’est là une question d’une importance vitale, car le fait de faire trébucher un frère pour lequel Christ est mort revient à se faire ‘ attacher au cou une meule de moulin et à être jeté à la mer ’ (Luc 17:1, 2). Il y va donc de notre salut éternel. Considérons en premier lieu le terme grec felos domestikos, dont les spécialistes s’accordent à penser qu’il est à l’origine du mot français “ chat ”. Il signifie littéralement “ chat domestique contemporain avec toutes ses caractéristiques bestiales ”. En employant ce mot, la Bible montre clairement et sans aucun doute possible que la nature fondamentale des chats est mauvaise ou “ bestiale ”, à l’image de Satan, le “ le grand dragon, le serpent originel ” (Rév. 12:9). Il y a donc de nombreuses raisons pour lesquelles les fidèles serviteurs de Dieu voués devraient utiliser leur conscience éduquée par la Bible pour arriver à comprendre pourquoi les chrétiens ne doivent pas posséder de chat. Con­sidérons les faits suivants avec un esprit ouvert :

      1) L’adoration des chats était une pratique courante en Égypte antique. En tant que chrétiens, nous devons nous ‘ garder des idoles ’ et ne pas adorer d’autre dieu que Jéhovah (1 Jean 5:21 ; Ex. 20:3). Une telle influence féline pourrait nous mener à l’idolâtrie et à ‘ attrister l’esprit saint de Dieu ’, avec de tragiques conséquences. — Éphésiens 4:30.

      2) Il est très probable que des chats étaient présents lors de la fête donnée pour l’anniversaire de naissance d’Hérode, fête au cours de laquelle Jean le Baptiste fut décapité. Il est clair, par conséquent, que des chrétiens fidèles ne peuvent avoir de relations avec des animaux qui représentent une aussi mauvaise influence, sachant que “ les mauvaises compagnies ruinent les habitudes utiles ” (Marc 6:21-29 ; 1 Cor. 15:33). Le fait d’avoir des chats chez soi pourrait avoir les mêmes graves conséquences que pour Jean le Baptiste. Il est évident que Dieu désapprouva cette fête. Ne devrions nous donc pas nous aussi proscrire les chats, tout comme le fait Jéhovah ? Certainement !

      3) Tout au long de l’Histoire, et en particulier du Moyen Âge jusqu’au procès des sorcières de Salem au xixe siècle, les chats étaient reconnus comme agents, sinon comme incarnations des démons. Puisque ces animaux étaient associés au Diable, les fidèles serviteurs de Dieu voués pourraient-ils les fréquenter, et, partant, fréquenter Sa­tan, “ le dieu de ce système de choses ” lui-même (2 Cor. 4:4) ? Voudrions-nous nous soumettre à une influence aussi mauvaise ainsi qu’à d’éventuel­les attaques démoniaques ? Certainement pas !

      4) La Bible ne parle jamais des chats en termes favorables. Le Diable n’a-t-il pas utilisé des lions pour dévorer les chrétiens fidèles au ier siècle ? Jéhovah lui-même “ a fermé la gueule des lions ” aux jours de Daniel (Dan. 6:22). Il est vrai que nos chats domestiques d’aujourd’hui ne sont pas des lions, mais, puisqu’ils appartiennent à la même famille d’animaux maudits dont le Diable s’est servi en de nombreuses occasions au cours de l’Histoire, serait-il sage ou approprié d’en posséder un ? De plus, en possédant un chat de quelque espèce que ce soit, ne donnerions-nous pas l’im­pression de leur trouver des excuses pour tous leurs actes méchants rapportés tant par la Bible que par l’Histoire profane ? La Bible dit clairement que les membres du peuple de Dieu “ ne font pas partie du monde ” et ‘ ne participent pas non plus aux péchés des autres ’. — Jean 17:16 ; 1 Timothée 5:22.

      5) Les Écritures indiquent aussi clairement que ni Abraham, ni Isaac, ni Jacob, ni Job, ni les apôtres, ni Jésus lui-même, n’ont jamais possédé de chat. Pourquoi cela ? Très probablement parce qu’ils ne voulaient pas ressembler à leurs contemporains païens qui refusaient de tenir compte de la façon dont Dieu considère le fait de posséder un chat. En harmonie avec le modèle laissé par les fidèles prophètes du passé, il ne serait donc pas approprié qu’un chrétien possède un de ces animaux.

      6) Enfin, les chats sont des animaux impurs. Parmi les pratiques malsaines qui leurs sont habituelles figurent : le fait de cracher des boulettes de poils, de se lécher les parties honteuses du corps, d’uriner sur le plancher, la consommation d’ani­maux non saignés, les relations sexuelles en dehors des liens du mariage, les abus de chataire, et le vol de nourriture sur les tables, pour n’en citer que quelques-unes. Or, l’impureté fait partie des “ œu­vres de la chair ” condamnées par l’apôtre Paul. La Bible montre d’ailleurs clairement que “ ni fornicateurs, […] ni voleurs, […] n’hériteront du royaume de Dieu ” (Gal. 5:19 ; 1 Cor. 6:9, 10). De surcroît, Paul nous encourage à “ cesser de fréquenter ” de telles personnes impures (1 Cor. 5:9). Même si l’apôtre parlait en tout premier lieu des chrétiens qui étaient tombés dans le péché, rien ne nous interdit de conclure que ce principe biblique inspiré ne peut pas s’appliquer à la fréquentation des chats. Jéhovah condamne l’impureté, et le fait que Paul ne fasse aucune distinction lorsqu’il est question de la fréquentation des chats domestiques prouve sans aucun doute possible que les chrétiens fidèles doivent éviter toute relation avec ces animaux.

      Ne sommes-nous pas reconnaissants pour cette nouvelle lumière qui nous vient de l’organisation de Dieu ? Une sœur nous dit que depuis qu’elle s’est débarrassée de son chat elle n’est plus préoccupée par le nettoyage de la litière et qu’elle a maintenant plus de temps à consacrer à la prédication de la Bonne nouvelle. Un frère, quant à lui, nous indique : “ Je suis si reconnaissant envers Dieu de m’avoir libéré de ce fardeau qu’était mon chat. J’espère que tous les frères et sœurs comprendront à quel point le Diable utilisait les chats pour nous corrompre et nous distraire de l’œuvre de prédication. ” (Mat. 24:14) Quels excellents exemples de fidélité ! En nous efforçant de refléter loyalement la pensée de Christ en la matière, nous nous réjouirons en pensant que Jéhovah, dans le nouveau système de choses, récompensera tous les efforts que nous faisons afin de maintenir notre intégrité en nous soumettant fidèlement à la direction de son esprit par l’intermédiaire de l’“ esclave fidèle et avisé ” — Matthieu 24:45.