Le Collège central vote pour une “ nouvelle compréhension ” sur le vote

par Keith et Becky Walker

      Imaginez que vous soyez brutalement battus par des représentants du gouvernement parce que vous estimez que Dieu préfère cela plutôt que de vous voir participer à une élection politique. C’est ce que croient les Témoins de Jéhovah, car c’est précisément ce qui s’est passé au Cameroun au printemps 1970.

      Dans son numéro du 1er décembre 1970, La Tour de Garde nous parle de cette affreuse persécution. Un article intitulé “ Le Cameroun dit ‘ non ! ’ à la liberté des cultes ” décrit comment les Témoins de Jéhovah camerounais ont été battus, affamés, arrêtés, emprisonnés, torturés et astreints à de durs travaux à cause de leur refus de participer à des élections politiques. L’article dit que “ les témoins s’abstiennent de participer à la politique dans tous les pays du monde ” à cause de leur “ conscience éduquée par la Bible ” et de leur “ position fondée sur la Bible ”(pp. 732, 734, 735). Ce qui est décrit dans cet article ressemble énormément à ce qui eut lieu dans les camps de concentration nazis. Les Témoins de Jéhovah qui endurèrent cette persécution pensaient honorer Dieu en obéissant à son organisation. Leur loyauté a été trahie trente années plus tard par une petite chiquenaude qui poussa en avant une “ nouvelle compréhension ” (le prétexte utilisé par la Société Watchtower pour introduire un changement doctrinal). Avant d’examiner ce nouvel enseignement, voyons de façon précise ce que la Société Watchtower a dit par le passé au sujet du vote.

      Durant toute leur histoire, les Témoins de Jéhovah ont eu interdiction de participer à la politique. Pour eux, lorsque Jésus dit : “ ils ne font pas partie du monde, comme moi je ne fais pas partie du monde ”, cela signifie que Dieu ne veut pas — de manière absolue — que ses serviteurs se mêlent à “ ce monde ” (Jean 17:14). Ils se doivent de reconnaître Jéhovah Dieu, et non quelque gouvernement terrestre, comme leur seul Chef. La participation à la politique, et particulièrement le fait de voter, a été qualifiée de péché passible d’exclusion. (“ Prenez garde à vous-mêmes et à tout le troupeau ” [Livre réservé aux seuls anciens et dont — normalement — personne d’autre ne connaît le contenu. — N.d.T.], édition anglaise de 1977, pp. 57-59 ; voir aussi l’édition française de 1991, pp. 101, 140.) Un Témoin de Jéhovah exclu est entièrement mis de côté par sa famille et ses amis ; il est considéré comme mort.

      Au cours des 30 dernières années, la Société Watchtower a dit de nombreuses fois que le fait de voter était une offense faite à Dieu. Dans La Tour de Garde du 1er décembre 1989, p. 14, la Société déclare que ceux qui rejettent la vérité “ peuvent même voter pour l’un ou l’autre des partis politiques de la ‘ bête sauvage ’. (Révélation 13:1, 7) Certaines de ces âmes irrésolues se sont donc laissé séduire et entraîner loin du droit chemin de la connaissance exacte par des gens qui ‘ leur promettaient la liberté alors qu’eux-mêmes étaient esclaves de la corruption ’. — 2 Pierre 2:15-19 ”. Ces quelques lignes indiquent donc que ceux qui participent à un vote sont ‘ irrésolus ’, qu’ils ‘ se sont laissés séduire et entraînés ’ et sont “ esclaves de la corruption ”. En lisant cela, les Témoins auraient-ils pu penser que cette position changerait un jour ?

      Les Témoins de Jéhovah obéissants sont ainsi décrits : “ ‘ Ils ne proposent ni n’acceptent de compromission. […] Servir dans les rangs de l’armée, voter ou faire le salut à Hitler aurait signifié que les prétentions de ce monde étaient supérieures aux devoirs envers Dieu. ’ ” (La Tour de Garde, 1er septembre 1986, p. 21) Voilà qui montre clairement qu’un Témoin de Jéhovah qui choisit de voter reconnaît que les prétentions de ce monde sont supérieures à ses devoirs envers Dieu. Pour la forme, la Société Watchtower demande aux Témoins de Jéhovah s’ils pourraient ‘ voter pour certains chefs politiques ou accorder leur soutien à tel ou tel projet national, faisant un compromis, ce qui les disqualifierait pour la course pour la vie et les amènerait à l’abandonner ’ (La Tour de Garde, 1er décembre 1975, p. 721) Cette déclaration veut dire que si un Témoin de Jéhovah vote, il ‘ fait un compromis ’ et est ‘ disqualifié pour la course pour la vie ’, ayant ‘ abandonné ’ cette course. Un Témoin de Jéhovah accepterait-il de se mettre dans cette situation ?

      Enfin, La Tour de Garde du 15 mars 1974, dans un article intitulé “ Chefs de la terre pour mille ans ”, décrit ainsi les “ frères spirituels du Christ ” : “ Ils n’ont pas ‘ la marque sur le front et sur la main ’. Autrement dit, ils ne sont pas identifiés à des esclaves de l’État et ne lui accordent pas leur soutient dans ses activités mondiales, souvent bestiales. Ils ne recherchent pas de charges politiques ni ne votent pour les candidats à celles-ci. ” Cela veut-il dire, par conséquent, que si les Témoins avaient jamais voté ils auraient reçu la marque de la bête et se seraient identifiés à des “ esclaves de l’État ” ? Ils se seraient ainsi associés non seulement aux dirigeants gouvernementaux, mais également à Satan lui-même. La position de la Société Watchtower était que la participation au vote est strictement interdite par Dieu. Ce point n’était pas à discuter, jusqu’à la parution de…

La Tour de Garde du 1er novembre 1999, pp. 28, 29

      Une question, posée dans un article “ Questions des lecteurs ”, demande : “ Comment les Témoins de Jéhovah considèrent-ils le vote ? ” Bien que la réponse donnée par la Société Watchtower mentionne 5 facteurs négatifs à prendre en considération, le ton général de la réponse indique qu’il revient à chaque Témoin de Jéhovah de prendre personnellement sa décision. Voilà qui est radicalement différent de la position inébranlable contre le vote, position exprimée par la lettre et par l’esprit dans l’article sur le Cameroun mentionné plus haut. L’article de 1999 déclare à six reprises qu’il appartient à chaque Témoin de Jéhovah de prendre une décision personnelle pour ce qui est de voter ou non lors d’élections politiques. Dans ce cas, pourquoi tant de serviteurs voués de Jéhovah ont-ils dû souffrir physiquement au printemps 1970 ? C’est la même “ conscience éduquée par la Bible ” qui est invoquée et dont les Témoins de Jéhovah doivent se servir pour ces “ décisions qu’ils prennent personnellement ”. Qu’est-ce qui a changé dans l’enseignement de la Bible au cours des 30 dernières années et qui donne maintenant le droit de voter au Témoins de Jéhovah ? Les Témoins Camerounais se seraient-ils soumis à cette persécution s’ils avaient su alors ce qu’ils savent maintenant ? Ceux qui ont souffert au Cameroun savaient-ils que “ dans des situations comme celle-là, qui relèvent de la conscience individuelle, chaque chrétien doit prendre sa propre décision devant Jéhovah Dieu ” ?

      Chaque Témoin de Jéhovah doit se demander si une chose pour laquelle il serait prêt à mourir aujourd’hui ne pourrait pas changer demain. Quelle tragédie pour ces Témoins de Jéhovah qui ont perdu des amis ou des êtres chers à cause des règles en vigueur autrefois au sein de la Société Watchtower, pour voir ces règles adoucies ou complètement abandonnées depuis 1999 ! Ces Témoins ont souffert pour rien ! Étant donné que le Dieu de la Bible ne change pas, il est évident que ces actions ne furent pas inspirées par le Dieu vivant et véritable, mais par les hommes pécheurs et faillibles qui dirigent la Watchtower Bible and Tract Society des Témoins de Jéhovah.

      Keith et Betty Walker sont les fondateurs d’Evidence Ministries, organisme missionnaire dont l’objectif est d’atteindre les Témoins de Jéhovah et les Mormons. On peut les contacter à l’adresse suivante : Evidence Ministries, P.O. Box 792396, San Antonio, TX 78279 (U.S.A.), au 210-340-TRUE, ou encore à : keith@evidenceministries.org

Note du traducteur : Il est assez curieux de constater que l’article “ Questions des lecteurs ” dont il est question dans ce texte est absent de l’édition française de La Tour de Garde, alors qu’il figure dans d’autres éditions francophones, comme celle du Québec. (Les ennuis de la filiale française de la Société Watchtower avec le gouvernement n’y sont peut-être pas étrangers.) Il serait intéressant de savoir si l’édition diffusée au Cameroun ou dans d’autres pays d’Afrique francophone contient cet article. Si oui, la question posée plus haut mérite vraiment d’être répétée : Les Témoins camerounais se seraient-ils soumis à cette persécution s’ils avaient su alors ce qu’ils savent (peut-être) maintenant ?