Article traduit du numéro de mars/avril 1988 du Bethel Ministries Newsletter

Pourquoi tous les Chrétiens
vont au ciel

par Randall Watters

Quand Jésus était sur terre, il parla à ses disciples de la vie céleste :

" Que votre cœur ne se trouble pas. Croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. Sinon, je vous l’aurais dit ; car je vais vous préparer une place. Donc, si je m’en vais et vous prépare une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi. " — Jean 14:1-3*.

Vous vous dites peut-être : " Je ne veux pas aller au ciel. Je préférerais vivre sur une terre purifiée. " Savez-vous que les apôtres avaient le même sentiment, du moins jusqu’à la Pentecôte ? Le Bible ne dit pas qu’ils avaient le désir d’aller au ciel avant cela. Ils ont souvent désiré bénéficier du prestige du royaume dont Jésus avait parlé, comme, par exemple, quand la mère de Jacques et Jean demanda à Jésus de réserver à ses fils les places situées à sa droite et à sa gauche dans le royaume (Matthieu 20:21). Mais les disciples avaient toujours à l’esprit un royaume terrestre, dont ils pensaient qu’il allait être instauré rapidement. Il est dit en Luc 19:11 :

" Alors qu’ils écoutaient, il ajouta une parabole, parce qu’il était près de Jérusalem, et qu’on pensait que le royaume de Dieu devait apparaître à l’instant. "

Ils continuèrent à raisonner ainsi même après la mort et la résurrection de Jésus, comme l’indique Actes 1:6 :

" Eux donc, réunis, demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume pour Israël ? "

Ce n’est que plusieurs années plus tard que nous voyons les apôtres en train de parler avec leur cœur de leur espérance céleste. Notez ces déclarations :

" Il nous a ressuscités ensemble et fait asseoir ensemble dans les lieux célestes en Christ-Jésus. " — Éphésiens 2:6.

" Le Seigneur me délivrera de toute œuvre mauvaise et me sauvera (pour me faire entrer) dans son royaume céleste. À lui la gloire aux siècles des siècles ! Amen ! " — 2 Timothée 4:18.

" En conséquence, frères saints, vous qui avez part à un appel céleste, considérez l’apôtre et grand prêtre de notre profession de foi, Jésus. " — Hébreux 3:1, Osty.

" Mais nous, nous sommes citoyens des cieux, d’où nous attendons comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ. " — Philippiens 3:20, Votre Bible.

" […] à cause de l’espérance qui vous est réservée dans les cieux, et que la parole de vérité, celle de l’Évangile, vous a précédemment fait connaître. " — Colossiens 1:5.

"  […] pour un héritage qui ne peut se corrompre, ni se souiller, ni se flétrir et qui vous est réservé dans les cieux. " — 1 Pierre 1:4.

Dieu a-t-il donné aux disciples de Jésus un désir surnaturel d’aller au ciel plutôt que de vivre sur la terre, comme l’enseigne la Société Watch Tower ? La Bible ne dit rien de tel. Leur désir était plutôt dû au fait qu’ils voulaient de nouveau être avec Jésus, peu importe l’endroit où il soit. Il est dit en Apocalypse 14:4 qu’" ils suivent l’Agneau partout où il va ". Ils ont appris à connaître et à aimer Jésus, et ils veulent simplement être avec lui. S’il allait au ciel, ils voulaient y être avec lui.

Lorsqu’Étienne fut lapidé, il savait qu’il allait être avec le Seigneur. Il l’avait vu en vision, assis à la droite du trône de Dieu, et avait prié ainsi : " Seigneur Jésus reçois mon esprit ! " — Actes 7:59.

En Jean 14:1-3, Jésus dit que pour eux, aller au ciel équivaut à ‘ aller chez eux ’ pour être avec lui et avec le Père. Et Paul, en 2 Corinthiens 5:6-9, parle d’" aller habiter auprès du Seigneur " (Votre Bible).

Simplement dit, un véritable Chrétien désire aller au ciel parce qu’il a cultivé une relation pleine d’amour avec Jésus Christ. Non seulement il veut être avec lui un jour et chérit une telle promesse, mais il est désespéré à l’idée de ne pas la voir se réaliser.

Un tel désir est basé sur une relation personnelle, et non pas sur une préférence pour un environnement physique, comme le suggère la Société Watch Tower. Prenons un exemple : Un jeune homme vivant sur la Côte d’Azur tombe amoureux d’une belle jeune fille et veut se marier avec elle. Cette jeune fille va ensuite habiter à Paris. Bien que le jeune homme se sente très bien sur la Côte d’Azur et ne sache pas à quoi s’attendre à Paris, il désire être avec celle qu’il aime. Il ne partira donc pas parce qu’il aime Paris, car il ne connaît rien de cette ville, mais pour retrouver la jeune fille.

Il en va de même pour celui qui appartient vraiment à Christ. Il ne connaît rien du ciel et ne sait pas à quoi s’attendre en ce lieu, comme n’importe quel être humain. Mais il connaît son Seigneur et veut être avec lui. C’est précisément pour cela que Jésus fit la promesse rapportée en Jean 14:1-3, promesse citée plus haut.

Mais qu’en est-il si nous n’avons aucun désir d’aller au ciel ? Dans ce cas, nous avons manifestement reçu une mauvaise nourriture spirituelle. Au lieu de nous nourrir à la parole de vie et aux promesses de Jésus, nous avons été nourris de doctrines d’hommes qui s’efforcent de nous priver des promesses divines. Nous trouvons cet avertissement en Galates 1:6, 7 :

" Je m’étonne de ce que vous vous détourniez si vite de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre évangile. Non pas qu’il y en ait un autre, mais il y a des gens qui vous troublent et veulent pervertir l’Évangile du Christ. "

Que faire alors ? Tout comme une femme devrait connaître son chef (son mari), nous devrions nous aussi connaître notre chef, Jésus Christ. En tant que Chrétiens, nous lui avons été promis pour un mariage spirituel. Considérer les choses ainsi rend cette affaire très sérieuse.

Un seul corps et une seule espérance

Il faut tout d’abord expliquer pourquoi tous les Chrétiens seront ensembles un jour. En Jean chapitre 15, Jésus se compare à une vigne (ou un cep), le Père étant le vigneron. Ses disciples doivent être les sarments rattachés à leur chef, qui est Christ. S’il s’avère que certains ne sont pas de véritables enfants de Dieu, ils sont ‘ retranchés ’.

Quant à ceux qui mettent vraiment leur foi en lui, ils seront émondés pour porter du fruit. Aux versets 4 à 6, Jésus révèle comment nous devons ‘ demeurer en lui ’.

Paul illustre cela en 1 Corinthiens 12:27, lorsqu’il dit : " Vous êtes le corps du Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part. " Il est dit aux versets 12 et 13 : " En effet, comme le corps est un, tout en ayant plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne sont qu’un seul corps, — ainsi en est-il du Christ. Car c’est dans un seul esprit que nous tous, pour former un seul Corps, avons été baptisés, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit. " Paul dit que les parties individuelles d’un corps sont toutes reliées à la tête, et que le résultat final est que le corps fonctionne harmonieusement dans l’unité.

Paul dit également comment Christ a fait des dons aux hommes afin de bâtir ce " corps du Christ " :

" C’est lui qui a fait des dons particuliers aux hommes : il a donné aux uns d’être apôtres, à d’autres d’être prophètes, à d’autres encore d’être évangélistes, pasteurs ou enseignants. Il a agi ainsi pour préparer les membres du peuple de Dieu à accomplir la tâche du service chrétien, pour fair progresser le corps du Christ dans la foi. […] nous grandirons en tout vers le Christ, qui est la tête. C’est grâce à lui que les différentes parties du corps sont solidement assemblées et que le corps entier est bien uni par toutes les jointures dont il est pourvu. Ainsi, lorsque chaque partie agît comme elle le doit, le corps entier grandit et se développe par l’amour. " — Éphésiens 4:11, 12, 15, 16, Bible en français courant (BFC).

Il est dit aux versets 4 et 5 du même chapitre : " Il y a un seul corps et un seul Saint-Esprit, de même qu’il y a une seule espérance à laquelle Dieu vous a appelés. Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême. " (BFC)

Il est donc clair qu’il n’y a qu’un seul corps du Christ, constitué des vrais croyants, et qu’ils n’ont tous qu’une seule espérance. Quelle espérance ? Celle de finir par fonctionner en tant que " corps " parfait dans les cieux, en compagnie de leur Seigneur et Maître. Pour celui qui est réellement devenu un membre du corps du Christ, l’idée d’être séparé de son Seigneur et Chef est vraiment effrayante. Les vrais Chrétiens éprouvent un fort désir d’être avec leur Seigneur dans l’Esprit, et un jour en sa présence physique. Ce désir ne se développe pas à cause de l’orgueil spirituel ou de la ferveur religieuse, mais plutôt de la même manière qu’une affection naturelle entre deux personnes qui sont amoureuses l’une de l’autre.

Combien y a-t-il de " corps " du Christ ? Combien d’espérances ont été données aux Chrétiens ? Combien d’appels ? Ne nous laissons pas décevoir par les habiles tromperies des hommes. Jésus nous a averti par les paroles rapportées en Jean 10:7-9 :

" Jésus leur dit encore : En vérité, en vérité, je vous le dis, moi, je suis la porte des brebis. Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands ; mais les brebis ne les ont pas écoutés. Moi, je suis la porte ; si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et sortira et trouvera des pâturages. "

Comment quelqu’un peut-il savoir s’il fait partie du corps du Christ ? Jésus dit en Jean 3:3 : " En vérité, en vérité je te le dis, si un homme ne naît de nouveau il ne peut voir le royaume de Dieu. " Il ajoute au verset 5 : " Si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. " La clé est d’être ‘ né d’Esprit ’, d’être engendré comme fils spirituel de Dieu.

L’œuvre du Saint Esprit est de témoigner de notre espérance en Christ. Il met dans notre cœur la conviction que nous sommes pécheurs et misérables sans le sang de Christ pour faire propitiation pour nous. Il nous faut faire face à cette réalité : nous ne pouvons rien faire par nous-mêmes pour plaire à Dieu, car nous ne pouvons nous justifier devant lui (Romains 3:20). Nous méritons la mort (Romains 6:23). Nous devons personnellement demander à Christ de couvrir nos péchés une fois pour toutes et de faire de nous une personne nouvelle en union avec lui. Le Saint Esprit doit mettre une certitude dans nos cœurs, et nous pouvons soit accepter soit rejeter son œuvre. Si nous l’acceptons et demandons au Seigneur Jésus de vivre en nous, alors nous sommes nés de l’Esprit. Il commence son œuvre dans notre cœur en y plaçant une certitude, puis la complète en habitant en nous de façon permanente, par l’Esprit.

Il ne s’agit pas toujours d’une expérience émotionnelle. Dieu ne travaille pas souvent au moyen de " sensations ". Mais nous devons après cela commencer à remarquer de véritables changements en nous. Nous ressentons une autre influence, qui nous pousse à bien agir, nous modèle et nous discipline. Il ne s’agit de nul autre que de notre Seigneur et Sauveur Jésus. Nous sentons une vie nouvelle en nous, selon ce qui est dit en Romains 8:11 :

" Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité le Christ-Jésus d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. "

Vous êtes maintenant un fils de Dieu, comme il est dit au verset 14 : " Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. " Vous avez l’espérance d’avoir part avec lui, vous faites partie du corps de Christ, et vous êtes héritier de toutes les bénédictions qu’il nous réserve. Il est dit aux versets 16 et 17 :

" L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être aussi glorifiés avec lui. "

Si vous êtes sensible à cela, vous réaliserez que le Père, le Fils et le Saint-Esprit vivent maintenant en vous et ont établi leur demeure en vous dans l’Esprit, selon ce qui est dit en Jean 14:17-23 :

" […] l’Esprit de vérité, que le monde ne peut pas recevoir, parce qu’il ne le voit pas et ne le connaît pas ; mais vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure près de vous et qu’il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viens vers vous. Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez parce que moi je vis, et que, vous aussi, vous vivrez. En ce jour-là, vous connaîtrez que moi, je suis en mon Père, vous en moi, et moi en vous. […] Celui qui m’aime sera aimé de mon Père, moi aussi je l’aimerai et je me manifesterai à lui. […] Si quelqu’un m’aime ; il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons vers lui et nous ferons notre demeure chez lui. "

Que feront les Chrétiens au ciel ? La Bible révèle que, outre adorer le Seigneur (Apocalypse 15:3, 4), nous régnerons avec Christ en tant que rois et prêtres (Apocalypse 20:6). Il est aussi possible, comme le suggère Apocalypse 5:10, qu’un jour nous régnerons sur la terre, comme l’indique littéralement le texte grec. Cela s’harmoniserait avec Apocalypse 21:2, 3, qui dit, après avoir parlé de nouveaux cieux et d’une nouvelle terre :

" Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, prête comme une épouse qui s’est parée pour son époux. J’entendis du trône une forte voix qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. "

Ce texte dit littéralement que Dieu habitera avec son peuple sur la terre. Et qui est Dieu " manifesté en chair ", sinon Christ lui-même ? (1 Timothée 3:16)

La nouvelle terre subsistera pour toujours. Apparemment, le corps glorifié de Christ y aura accès. L’Apocalypse est un livre prophétique qui n’est pas encore pleinement compris, mais une chose est certaine : ceux qui mettent leur foi et qui ont confiance dans les promesses de l’Agneau, et qui attendent d’avoir part avec lui, demeureront pour toujours.